Témoignage de Geneviève Caron, enseignante chercheuse en Soins infirmiers

Geneviève, depuis quelques années, tu participes à un projet de recherche chez Solutions Novika.  J’imagine que cela ne faisait pas nécessairement partie de ton plan de carrière.  Peux-tu nous relater comment s’est fait ton recrutement pour participer à ce projet de recherche?

Geneviève Caron – En fait, c’est en département que nous avons été sollicités par notre coordonnatrice de département qui a vérifié l’intérêt des enseignantes pour y participer. J’avais le goût de relever un nouveau défi et d’explorer le volet recherche. J’avoue que la première fois que j’ai mis les pieds chez Solutions Novika je n’étais pas très sécurisée par le travail que je devrais y faire.  Je me demandais bien ce que je pourrais y faire ou apporter.  Je collabore à des projets de recherche chez Solutions Novika depuis l’automne 2012 et je suis encore en vie ! 😉

Lorsque tu remplis ton mandat pour Solutions Novika, tu as accès à des installations en dehors du Cégep.  Peux-tu nous parler de ton environnement de travail et indiquer en quoi il est facilitant pour la réalisation de ton mandat?  

GC – Chez Solutions Novika, un bureau commun est attribué à l’équipe d’enseignantes co-chercheuses qui y travaillent. J’ai pris soin d’aménager notre bureau pour avoir un environnement stimulant. Nous pouvons aussi travailler dans les différents laboratoires (qui sont en lien avec L’ICC Médical) à même les installations de Solutions Novika.  Dans notre bureau commun, 3 ordinateurs ont été installés et nous avons aussi une bibliothèque avec différents volumes pouvant nous être utile. De plus, nous avons accès à du matériel qui est aussi relié avec les projets (travaux de recherche). Solutions Novika  achète parfois des équipements/matériaux pour nos essais. Nos recherches nous permettent de voir les nouveaux équipements et les pratiques sur le marché et d’en faire aussi les essais. Nous avons un classeur pouvant nous permettre de ranger les documents confidentiels.  Le fait d’avoir accès à des ordinateurs, des volumes de références et des laboratoires contenant du matériel en lien avec les projets est d’une grande utilité.  De plus, nous avons accès à des ressources de secrétariat chez Novika ainsi que tout le matériel de bureau nécessaire.

Dans le cadre de ce projet de recherche, tu intègres une équipe multidisciplinaire provenant de différents horizons.  Peux-tu nous du fonctionnement de celle-ci et de tes tâches que tu dois assumer? 

GC – Chez Solutions Novika, depuis l’automne 2014 j’ai un dégrèvement d’environ 2 jours par semaine. Le fait que j’ai beaucoup de dégrèvement m’a permis d’être nommée l’interlocutrice principale d’un des ingénieurs (responsable de projet/section). Je dois élaborer avec celui-ci les différents mandats/tâches à accomplir, déléguer les tâches  aux membres de mon équipe, faire les suivis entre mon équipe d’enseignantes et avec les entreprises qui sont impliquées dans les projets.  J’ai aussi le mandat de faire la supervision d’une de nos étudiantes en soins infirmiers qui a été engagée pour collaborer avec nous.

J’ai à travailler avec des ingénieurs en mécanique, en électrique et des techniciens en informatique et des programmeurs. Il m’arrive aussi de devoir travailler avec une graphiste et des entreprises avec lesquelles j’ai des recherches à faire. J’ai aussi à l’occasion des projets communs avec les enseignants du Département de Physique et technologie physique.  La collaboration avec l’équipe chez Solutions Novika est importante pour mener les projets avec brio.

De plus, la collaboration avec les entreprises est aussi un aspect très intéressant. Le fait de travailler avec des industriels est valorisant, car parfois  un industriel qui produit des équipements médicaux nous demande notre avis d’expert et en tient compte dans la conception/fabrication de leurs produits. Cela donne l’impression d’aider afin que les produits satisfassent mieux nos besoins en pratique médicale. Si on ne s’implique pas comme expert dans nos domaines, les industriels et ingénieurs ne pourront pas produire de meilleurs produits.

Quels sont les défis d’intégrer une équipe multidisciplinaire?

GC – Comme je ne suis pas formée en électrique/électronique, mécanique, informatique ou graphiste parfois j’ai à m’ajuster pour bien comprendre les demandes venant des différents quarts d’emploi. Je dois aussi ajuster mon langage afin que ceux-ci comprennent bien les informations que nous leur apportons. Parfois certains de nos termes sont incompréhensibles pour eux et vice-versa.

Quels sont les impacts directs et indirects sur ta tâche enseignante?

GC – Le fait de contribuer à différents projets de recherche me permet d’approfondir mes connaissances scientifiques.  Je suis plus à l’aise avec certaines pathologies chez les personnes âgées. Les travaux de recherche que j’effectue me permettent de clarifier/ réviser certaines pathologies.  De plus, cela me permet d’appliquer ce que je découvre directement dans mes cours théoriques.  La recherche m’amène à explorer certains éléments ou certaines questions qu’ont les chercheurs et m’apporte de nouvelles connaissances.  Je fais des découvertes stimulantes, intéressantes et motivantes pour ma pratique comme enseignante en soins infirmiers et comme infirmière. De plus, mon implication en recherche me permet d’être à jour avec les nouvelles technologies.

Quels impacts les projets de recherche auxquels tu participes ont-ils sur ton enseignement, dans la classe avec tes étudiants?

De plus, le fait de faire de la recherche m’amène à me questionner sur des notions plus précises et d’avoir une vision encore plus large, donc lors de la préparation de mes cours théoriques j’essaie d’amener davantage des hypothèses ou des ressources plus diversifiées.  Récemment, je me suis surprise à parler de déficit auditif en pédiatrie, mais tout en me référant aux connaissances acquises lors de mes recherches sur l’audition et la personne âgées.

Est-il possible d’intégrer des étudiants pour qu’ils deviennent des auxiliaires de recherche?

Tout à fait ! Par le passé, des étudiants en soins infirmiers ont été engagés pendant l’été pour collaborer avec les ingénieurs de Solutions Novika.

De plus, depuis l’automne 2014, nous avons une étudiante qui collabore étroitement avec nous aux projets en cours.

Que conseillerais-tu à un enseignant qui se fait recruter par un centre collégial de transfert technologique et qui n’a jamais fait de recherche appliquée?

GC – Je lui dirais que c’est une expérience forte enrichissante, mais aussi très exigeante. Je crois que la passion doit être au rendez-vous pour accomplir ce travail et avoir une ouverture sur la science et les nouvelles technologies. De plus, il faut aussi faire preuve d’une grande ouverture d’esprit et d’une grande discrétion.

C’est un grand défi d’avoir à concilier les engagements de notre tâche comme enseignante au cégep et les engagements avec les différents projets de recherche.

Nous avons parfois des échéanciers serrés, des réunions de planifier, des rencontres à Québec ou autres endroits, à répondre à des exigences venant des entreprises et de respecter le secret professionnel des projets en cours.

Enfin, le fait de collaborer aux différents projets de recherche fait en sorte que je dois encore mieux structurer mon horaire, bien planifier le travail à faire, respecter les échéanciers et assurer de bons suivis. Depuis que je suis impliquée aux différents projets chez Solutions Novika j’ai aussi appris des notions d’électronique, de conception mécanique ainsi que des connaissances en informatique.  C’est une chance énorme que de pouvoir vivre dans sa carrière une expérience comme celle de faire de la recherche.

Participer aux différents projets de recherche sollicite chez moi ma créativité lorsque nous devons résoudre des problématiques ou penser à des idées de projet !